Technologie du métier

Le secteur de l’entretien des textiles (Pressing)

Historique de l’activité de pressing

Jusqu’en 1897, les produits de nettoyage utilisés sont hautement inflammables et toxiques : essence, pétrole, benzène.
Au début du XXe siècle, apparaît le tétrachlorure de carbone, moins inflammable mais toxique, qui est remplacé par le trichloroéthylène dans les années 1920 en Europe.

Après la Seconde Guerre mondiale, le perchloroéthylène (ou tétrachloroéthylène) commence à se substituer au trichloroéthylène en raison de sa moindre toxicité qui disparaitra totalement dans les années 60. A partir de 2010 le  percholoréthylène est substitué par des solutions aqueuses (aquanettoyage), ou d’autres solvants organiques alternatifs, surtout des hydrocarbures communément appelés KWL.

eco-emballages

Chiffres clés de la profession

4 000 établissements

en France (3500 pressings et 500 blanchisseries)

20 000 salariés

14 000 en pressings et 6 000 en blanchisseries

85% des pressings

sont de toutes petites entreprises artisanales employant 1 à 2 salariés voire exploitées uniquement par le propriétaire et son conjoint.

Les salariés sont des femmes dans 80 % des cas. Les horaires de travail sont répartis sur 6 jours par semaine.DE plus en plus de salariés sont diplômés grâce à l’existence d’un CAP métiers du pressing, d’un baccalauréat professionnel et de formations professionnelles qualifiantes.

Description de l’activité

Les quatre principaux postes de travail sont les postes d’accueil / réception / livraison, de prétraitement, de nettoyage en machine et enfin de repassage.

 

1 – L’accueil, la réception et la livraison des articles

L’accueil est une étape essentielle pour aboutir à la satisfaction du client. Le salarié doit établir un diagnostic du vêtement confié (emplacement et type de taches, matière, restrictions de nettoyage…), enregistrer et étiqueter les différents articles et opérer un tri en fonction de la matière et des couleurs. La livraison des articles peut être manuelle ou automatisée grâce à un convoyeur de stockage s’actionnant après lecture d’un code-barres remis au client. Le houssage ou l’emballage des articles peut se faire avant stockage ou au moment de la livraison.

 

2 – Les prétraitements

Il est parfois nécessaire de réaliser des phases de détachage et de prébrossage préalablement au nettoyage pour enlever des taches spécifiques ou des salissures incrustées.
Les produits de détachage sont souvent appliqués à l’aide de flacons doseurs et rincés au moyen d’un pistolet vapeur. Le prébrossage permet d’améliorer la qualité du nettoyage final en effectuant un premier traitement des parties les plus sales des vêtements (cols, poignets…).

 

3 – Le nettoyage en machine

Les machines peuvent traiter environ 7 à 25 kg de linge en fonction du modèle.

Les opérations habituelles que doivent effectuer les salariés sont :

  • le chargement manuel du linge sale dans le tambour
  • Le lancement du programme adapté
  •   Le déchargement du linge nettoyé pour le sécher dans le cas d’un nettoyage à l’eau et dans tous les cas,  le stocker en vue de l’opération de mise en forme

Des opérations annexes sont nécessaires au bon fonctionnement des machines et dépendent de la technologie mise en œuvre :

 

4 – Le repassage

Le repassage s’effectue la plupart du temps au fer sur une table à repasser professionnelle. Des dispositifs particuliers peuvent faciliter le repassage tels que des mannequins, des toppers, des presses, des cabines, des bancs chemise

 

aide_ademe

Les technologies

Les procédés de nettoyage peuvent se partager en trois catégories :

1 – Le procédé traditionnel employant le perchloroéthylène appelé à disparaitre à court terme dans les locaux contigus à des tiers.
2 – Les procédés employant des solvants combustibles
3 – L’aquanettoyage utilisant l’eau additivée de produits adaptés à usage professionnel.

Pour en savoir plus :

Je suis adhérent Je ne suis pas adhérent

Contactez-nous !

CET Auvergne Rhône-Alpes

CET AuRA

1 Allée du Levant
69890 LA TOUR DE SALVAGNY